Les médicaments antiacides liées au cancer de l’estomac

La revue médicale Guts vient de publier les résultats d’une étude qui a prouvé que l’utilisation prolongée des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), des médicaments habituellement pris pour traiter le reflux acide, était en rapport avec un risque accru de cancer de l’estomac.

Les scientifiques ont mené l’étude entre 2003 et 2012 sur 63 397 adultes traités avec la trithérapie, une combinaison d’un IPP et de 2 antibiotiques pour éradiquer la bactérie H pylori. Ils ont fait la comparaison entre l’utilisation des IPP et un autre type de médicament utilisé pour réguler la production d’acide appelé antagonistes des récepteurs H2 de l’histamine (bloqueurs H2).

Le suivi de ces participants s’est fait jusqu’au décès de ces derniers ou du développement du cancer de l’estomac. Pendant l’étude, 5% des participants (à savoir 3271 personnes) ont pris des IPP pendant près de 3 ans et 21,729 participants ont utilisé des bloqueurs H2.

Les démangeaisons seraient un symptôme fréquent du diabète

Les démangeaisons seraient un symptôme fréquent du diabète

Comment dormir à côté d’un ronfleur : quelques astuces